SÉDUCTEUR ALPHA ET SÉDUCTEUR BÊTA

Le séducteur alpha: silhouette d'un loup hurlant.
L’art de séduire c’est l’art de se faire séduire.

Introduction

Avant de commencer, quelques définitions provenant directement de l’anglais.

  • Mâle alpha: homme dominant dans un cercle social donné. Il apparaît comme un leader et prend toutes les décisions importantes. Il a compris ce qu’attendent réellement les femmes. Par conséquent, sa technique de séduction est très efficace et il enchaîne les conquêtes. Moins de 20% des hommes sont des mâles alpha. Il comprend bien le Jeu social.
  • Mâle bêta: homme peu conscient du Jeu social. Il se satisfait souvent de l’autorité d’un homme plus puissant que lui. C’est un suiveur. Il manque d’audace et ne comprend pas les femmes. Sa technique de séduction est à la fois hésitante et insistante. Les femmes se servent de lui.

Commençons…

Toute communication contient au moins trois éléments.

  • Le logos: c’est la logique du raisonnement de l’interlocuteur.
  • L’éthos: c’est sa réputation et son caractère.
  • Le pathos: ce sont les émotions que transmet l’interlocuteur lorsqu’il parle.

Autrement dit, le logos c’est le message qu’il communique. Le pathos, la façon dont il le communique. Et l’éthos, c’est sa crédibilité.

Dans le cas des relations amoureuses, les hommes ont plus tendance à communiquer des informations et les femmes à communiquer des émotions.
Par conséquent, on peut en conclure que la communication masculine est influencée par le logos. Alors que les femmes s’orientent vers le pathos.

L’éthos s’applique aux deux sexes. L’homme estime la crédibilité de son interlocuteur sur la qualité de sa logique. Alors que la femme le jugera sur sa capacités à transmettre des émotions et sur son statut social.

L’image d’un séducteur expérimenté est souvent celle d’un homme dominant. Et les hommes qui adoptent une attitude de type alpha ont tendance à être de meilleurs séducteurs.

C’est vrai. Mais la séduction ne se résume pas qu’à ça. Il s’agit d’un ensemble de comportements, de manœuvres verbales et de vision de soi et d’autrui qui ne sont pas propres aux « alpha ». Même si l’approche de type alpha est la plus efficace de toutes.
Dans la suite de cette article, « séduction » signifie « une stratégie, n’importe laquelle, utilisée par un homme dans le but de coucher avec une femme ».

1. Le séducteur bêta

Le jeu de la séduction pratiqué par l’homme bêta est entièrement basé sur le logos.
Son objectif est de séduire une femme en se servant d’arguments logiques et en affichant une attitude rationnelle. On dit que son style de séduction est « ouvert » (contrairement à l’homme alpha).

En guise de crédibilité (l’éthos), l’homme bêta utilisera des éléments superficiels et externes à lui-même (ses beaux vêtements, son bel appart, son salaire). Et pour susciter des émotions (le pathos), il aura recours à la supplication.
En d’autres termes, il fait tout ce qu’il peut pour prouver aux femmes qu’il fera tout pour subvenir à leurs besoins (ou à leurs caprices).

De nos jours, la vie sentimentale d’une belle femme suit souvent le même schéma. Après avoir accumuler les coups d’un soir avec des mâles alpha, elle décide de se caser avec un gentil garçon. C’est-à-dire un mâle bêta qui lui fournira tout ce qu’elle voudra.

Ce constat souvent vérifié est le reflet de la double stratégie sexuelle des femmes.

  • Une stratégie à long terme, ennuyeuse mais stable, avec un mâle bêta.
  • Une stratégie à court terme, excitante mais instable, avec un mâle alpha (j’en parle plus loin).

Le mâle bêta pensent que les femmes sont attirées par les hommes stables et gentils. Bien que ce soit une connerie, sa stratégie de séduction repose sur ces principes. Par conséquent, son approche est en accord avec ses convictions… Mais pas vraiment avec la réalité! 😉

Il tire sa stratégie de ce que la société et les médias lui ont appris. Et c’est sur ces bases qu’il pense convaincre les femmes de le sélectionner comme partenaire sexuel.
On l’a déjà dit: la stratégie du mâle bêta repose sur le logos. Le pathos et l’éthos ne sont que des annexes de sa séduction. Sa communication est logique: « Je suis un homme de haut niveau car X, Y, etc. »

Ce type de discours marche très bien avec d’autres hommes car le sexe masculin est naturellement porté vers la logique.
Ca marche beaucoup moins bien avec les femmes car elles réagissent davantage aux émotions (pathos) et à la réputation (éthos).

La stratégie bêta est typique du raisonnement déductif des hommes. Très efficace pour réparer un moteur ou résoudre un problème de maths, elle l’est en revanche beaucoup moins pour séduire une femme.

Au vu de ses résultats, cette stratégie devrait être abandonnée depuis longtemps. Elle ne l’est pas…Pourquoi? Car elle fonctionne de temps en temps. Je m’explique…
La stratégie à court terme de beaucoup de femmes est utilisée pendant leurs jeunes années (de 20 à 30 ans environ). Après une série d’aventures avec des alphas, elle se met à chercher un partenaire stable qui assurera son avenir matériel.
Par conséquent, de nombreux hommes bêta se retrouvent sans le vouloir dans une relation à long terme avec une femme qui prend les décisions pour eux.

On comprend mieux maintenant pourquoi la stratégie bêta est toujours utilisée. Et c’est bien là le problème. En effet, s’il se plantait à chaque fois, l’homme bêta comprendrait qu’il faut changer son approche. Et pour ça, il faudrait qu’il adopte l’attitude dominante du mâle alpha.
Il aurait alors deux possibilités: apparaître plus « alpha » ou bien vraiment l’être.

Néanmoins ce changement serait perçu négativement par les femmes car il ne serait pas en accord avec leur double stratégie sexuelle.
En effet, les femmes recherchent à la fois un mâle alpha pour des raisons hormonales et génétiques et un mâle bêta pour des raisons matérielles.
Si maintenant un mâle bêta s’efforce de simuler l’attitude d’un alpha, la femme s’engagera dans une relation sexuelle à court terme mais pour de mauvaises raisons puisqu’il simule.

Il peut être difficile pour une femme de distinguer un vrai alpha d’un faux. Et si de nombreux hommes se mettent à apparaître tous comme des mâles alpha, la stratégie sexuelle à long terme des femmes se trouve compromise.

Par conséquent, l’environnement social engage subtilement les hommes à adopter une stratégie bêta.

L’approche du mâle bêta est lourde et suppliante. Il se focalise sur une femme et investit beaucoup de temps et de moyens pour la draguer (restos, ciné, cadeaux,…). Si sa stratégie échoue (et c’est souvent le cas), il rationalise en se disant: « C’était pas la femme pour moi » ou « Tant pis pour elle, elle ne me mérite pas! »
Autrement dit, il n’attribue pas son échec à sa méthode mais à la fille. Et ça n’est pas comme ça qu’il s’améliorera…

Si sur une année, il obtient une réussite sur dix tentatives, il estimera que sa technique est valable et qu’il vient de rencontrer la femme de sa vie.

2. Le séducteur alpha

Le séducteur alpha: image d'un homme sûr de lui.
La séduction représente la maîtrise de l’univers symbolique.
J.Baudrillard

La technique de séduction du mâle alpha est résolument motivée par la logique. Elle est planifiée vers un objectif précis. En revanche, et contrairement au mâle bêta, le mâle alpha ne communique pas du tout de façon logique. Son objectif réel est caché.

La séduction alpha est mise en œuvre intégralement au travers du pathos et de l’éthos.

  • Le mâle alpha utilise l’éthos pour augmenter sa valeur sociale perçue. Il se pose en meneur d’hommes, il est entouré de filles et d’amis. Il a une vie sociale et culturelle riche (ou du moins en apparence).
  • Il utilise le pathos afin d’ajuster son approche à la psychologie féminine de la séduction. Autrement dit, il cherche à provoquer chez elle un débordement émotionnel, qu’il soit positif ou négatif. Il la taquine, la fait rire. Il l’énerve, il provoque des psychodrames. Lui de son côté ne se vexe jamais des remarques qu’on lui fait.

Les hommes alpha ont compris ce principe fondamental du marketing.
Pour persuader quelqu’un de faire quelque chose, persuadez-le que l’idée vient de lui.
Par conséquent, le mâle alpha inverse les rôles pendant la séduction. C’est maintenant lui l’acheteur et la femme doit s’efforcer de se vendre.
De cette façon, le séducteur alpha transmet à la femme son désintérêt, en particulier pour son apparence physique. Il lui donne l’impression qu’il est en permanence entouré de belles filles. Et qu’elle doit faire des efforts pour lui plaire autrement que par sa beauté physique.

Cette approche déclenche chez la femme sa stratégie de séduction à court terme.
Par son attitude, le séducteur bêta dévoile ses objectifs contrairement à l’alpha. On dit que la stratégie bêta est « ouverte » alors que la stratégie alpha est « fermée ».

Le mâle alpha comprend très bien que ce n’est pas ce qu’il dit qui est important mais plutôt la façon dont il le dit.
Par ses manœuvres, il en appelle aux émotions des femmes (surtout pas à leur logique) et cherche à se faire remarquer par son éthos.

La principale différence entre les deux approches, alpha et bêta, réside dans la façon de déclencher l’intérêt féminin. Confrontée à un mâle alpha, une femme s’orientera vers le court terme.
L’homme qui la séduit communique en apparence une très haute valeur sociale (qu’elle soit vraie ou fausse). Par conséquent, elle succombera à ses avances au plus vite pour ne perdre cette occasion.

Pour finir

Pour des raisons de biologie et d’évolution, la double stratégie sexuelle des femmes est parfaitement adaptée à la société actuelle. Leurs émotions les orientent vers un homme disposant du meilleur patrimoine génétique possible (intelligence, ruse, santé, force physique). Et qui par conséquent aura un statut social élevé.

En effet, elles ont tout à perdre si elle se retrouve enceinte d’un homme qui n’est pas capable d’assurer leur avenir matériel.
Il est donc vital pour une femme d’envisager les relations avec les hommes de façon double. A court terme et à long terme.

Les mâles bêta ne comprennent pas cette double nature des femmes. D’un côté une femme peut être une maniaque de la propreté, qui désapprouve l’alcool et le tabac et qui aime le luxe. D’un autre côté, elle est capable de se taper un marginal paumé, camé et à l’hygiène douteuse (simplement parce qu’il simule les traits d’un homme alpha).
Et c’est pourtant exactement la même femme…

Reprenons le principe de marketing que nous avons déjà évoqué. Pour vendre un produit à quelqu’un, faites en sorte que ce soit vos clients qui viennent à vous.
Le mâle alpha comprend qu’il intéresse les femmes en utilisant le pathos et l’éthos. Le mâle bêta pense qu’il intéresse les femmes en vantant directement ses propres qualités.

Un alpha n’a pas besoin de communiquer sa valeur par le logos car il le fait de façon désinvolte par l’éthos et le pathos. Il lance un appât.
C’est par sa personnalité qu’il communique son statut social. En particulier par sa confiance en lui, son attitude et la qualité de sa conversation.

N’importe qui peut déclarer: « Je suis un homme de grande valeur sociale ». C’est ce que le mâle bêta essaie de transmettre lorsqu’il tente de séduire une femme. Il utilise la logique en signalant clairement son statut social.

Par conséquent, il communique à la femme ce qu’il pense que les femmes attendent d’un homme. C’est-à-dire: stabilité, gentillesse, ressources financières, monogamie, entre autres. Mais comme on l’a vu, ces éléments correspondent à l’une des deux stratégies sexuelles des femmes.
Et ce n’est pas celle qu’utilise le mâle alpha pour séduire des femmes efficacement.

Références

Livres

La Voie virile de Jack Donovan

Le Journal du séducteur de Sören Kierkegaard

L’Art de la séduction de Robert Greene

Films

Casino Royale de Martin Campbell avec Daniel Craig

Drive de Nicolas W. Refn avec Ryan Gosling

Le Tao de Steve de Jennipher Goodman

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *